Du musée au roman de Jessie Burton, une maison miniature comme dispositif esthétique actif - Université d'Artois Access content directly
Book Sections Year : 2018

Du musée au roman de Jessie Burton, une maison miniature comme dispositif esthétique actif

Isabelle Roussel-Gillet

Abstract

La maison miniature qui inspire le roman Miniaturiste de Jessie Burton (2015) est exposée au Rijksmuseum à Amsterdam. Conçue au XVIIe siècle, cette maison de poupée, Poppenhuis Van Petronella Oortman, porte la mémoire de la société protestante qui la voit naître. La seule figurine authentique est celle d’un bébé ; et cette solitude n’est pas le seul trait qui la différencie d’une crèche, son pendant miniature. Au musée, les choix scénographiques la font aussi coexister avec le cabinet de curiosités, tous deux réunis dans un imaginaire de l’expérimentation propre à leur siècle. Si les fonctions psychologiques de l’objet sont fortement activées dans le roman, notamment le désir de maîtrise ou la conscience d’être femme, le plaisir épistémique et l’enjeu heuristique y sont autant mis en abyme qu’au carré. Devenu dispositif actif, la maison d’une poupée permet de problématiser, au-delà de la contextualisation des rapports entre cabinet, crèche et maison de poupées, la tension entre prédictibilité (destinée ou déterminisme) et projection (promesse ou fantasme).
No file

Dates and versions

hal-03326523 , version 1 (26-08-2021)

Identifiers

Cite

Isabelle Roussel-Gillet. Du musée au roman de Jessie Burton, une maison miniature comme dispositif esthétique actif. La miniature, dispositif artistique et modèle épistémologique, Brill Rodopi, pp. 59-72, 2018, Chiasma, ⟨10.1163/9789004366206_005⟩. ⟨hal-03326523⟩
39 View
0 Download

Altmetric

Share

Gmail Mastodon Facebook X LinkedIn More